EN BIRMANIE

LIVRE

EN BIRMANIE

EN BIRMANIE

La Birmanie, où le temps semble suspendu, est une étape particulière dans les multiples voyages en Asie de Jean-Marc Payot et Elisabeth Foch. Le long des routes, au fil de l'eau, de village en pagode, de monastère en cour de ferme, ils parcourent un pays irrigué par l'un des plus grands fleuves au monde : l'Irrawaddy, qui s'étire de l'Himalaya à la mer d'Andaman. A travers leurs itinéraires respectifs, ils découvrent des habitants qui puisent dans le bouddhisme la force de résister à une junte au pouvoir depuis près d'un demi-siècle. Révélant un quotidien scandé par les crues et décrues du fleuve nourricier, les fêtes et les rituels, les offrandes et l'enseignement, ce livre est un hommage à al dignité du peuple birman.

  • Editeur: Philippe Rey
  • Pages: 139
  • Parution: Janvier 2008
  • Présentation: Broché
  • Prix: CHF 65.00
  • Dimensions: 24.0 x 28.0 x 1.5 cm

Commande

 
birmanie02
birmanie01
birmanie03
birmanie04
birmanie06
birmanie09
birmanie08
birmanie11
birmanie13
birmanie14
birmanie15
birmanie17
birmanie18
birmanie19
birmanie20
birmanie21
birmanie22
birmanie23
birmanie26
birmanie27

 

Sur l’Irrawaddy

Nous remontons le cours de l’Irrawaddy de Mandalay à Bhamo, près de la frontière chinoise, sur un bateau de louage : croisière hors du temps, dans un monde à part.
Le fleuve fluctue continuellement hors de son parcours, s’engouffre ici entre des berges escarpées, s’étale là comme un lac.
Les bateliers cherchent le passage entre les bancs de sable: de la proue du bateau, le sondeur indique au pilote la profondeur de l’eau en levant sa main gauche avec deux, trois ou quatre doigts tendus pour indiquer le nombre de brasses.
Nous croisons de lourdes barges chargées de teck, échouées sur des hauts-fonds, moteur rugissant.
Il n’est pas facile de se désensabler.
Durant l’hiver, quand les eaux sont basses, les berges atteignent une hauteur de six à huit mètres: des plaques de limon se détachent et s’effondrent dans le fleuve.
La navigation de nuit est dangereuse. Au crépuscule, l’équipage choisit un endroit approprié pour amarrer le bateau.
On déploie ensuite les bâches pour se protéger du froid et de l’humidité. L’obscurité vient vite, avec elle le silence et le bruissement du courant.
Par temps clair, les étoiles scintillent au firmament.

Infolettre

Abonnez-vous à l'infolettre !

* Votre adresse email est utilisée uniquement pour vous envoyer notre infolettre.

Actualités

Nouveau site internet

17, Oct 2016

Contact

Jean-Marc Payot
jmpayot@free.fr

© 2016 Jean-Marc Payot - Tous droits réservés